bar de l'économie

Covid et coût du dispositif de chômage partiel

24/04/2020. Le dispositif de chômage partiel pourrait coûter à l’Unédic et à l’État « entre 800 millions et deux milliards par semaine de confinement » soit une dépense supplémentaire de 9 milliards d’euros d’ici fin avril. 

L’Unedic prenant a priori à sa charge un tiers de la dépense, cela représenterait entre 500 millions et 1,3 milliard de dépenses en mars et entre 1,1 et 2,7 milliards en avril. Mais aussi un manque à gagner entre 100 et 240 millions en mars et entre 200 et 500 millions en avril car les indemnités du chômage partiel ne sont pas soumises à cotisation.

Autre dépense supplémentaire, l’indemnisation à 100% des allocataires qui habituellement travaillent sur des contrats courts ou des missions d’intérim en cumul emploi-chômage (près de la moitié d’entre eux en temps normal). Cela représenterait 370 millions en mars et 620 en avril. Le gel de nombreuses activités économiques limitera fortement les sorties du chômage, ce coût est évalué à 130 millions en avril. 
La prolongation de l’indemnisation de certaines catégories de demandeurs d’emploi (allocataires arrivant en fins de droits, intermittents du spectacle…) coûterait 200 millions en avril.

Côté recettes, le report du paiement des cotisations d’assurance chômage des entreprises engendrerait un manque à gagner de 325 millions en mars et de plus de deux milliards en avril.
Le recours aux arrêts maladie pour garde d’enfant ferait baisser les recettes de 200 millions en mars et 400 en avril.
Face à cette situation et pour permettre à « l’assurance chômage de continuer à jouer pleinement dans la période sa fonction de stabilisateur économique et social », l’Unedic peut mobiliser « près de 5 milliards d’euros d’ici juin » grâce aux emprunts en cours, auxquels s’ajouteraient 4 milliards de liquidités » selon les auteurs de la note qui précisent qu’il faudra en revanche sécuriser le financement du second semestre.

L’Unedic qui contribue aujourd’hui, en tout ou partie, à l’indemnisation de plus de 13 millions de personnes estime son deficit d’au moins 47 milliards d’euros pour l’année alors qu’elle anticipait un retour à l’équilibre pour 2021.