bar de l'économie

Credit Suisse envisage une réorganisation

Les dirigeants doivent proposer un plan car la banque suisse est en difficulté selon Reuters.
Au premier trimestre, la banque suisse, déjà fragilisée par les lourdes perte :  4,1 milliards d’euros consécutives à l’effondrement du fonds d’investissement américain Archego, a également suspendu des fonds en lien avec ses opérations avec Greensill Capital. Après la faillite de cette société britannique de services financiers, plusieurs investisseurs ont engagé des poursuites judiciaires contre Crédit Suisse.

L’établissement est également dans le viseur de la FINMA, l’autorité de tutelle du secteur financier suisse, qui enquête sur d’éventuelles lacunes dans la gestion du risque.

Le nouveau président du conseil d’administration, Antonio Horta-Osorio, élu le 30 avril dernier, a immédiatement lancé une revue stratégique, en précisant aux investisseurs qu’il prendrait son temps pour prendre les décisions difficiles qui l’attendaient. L’option d’une scission de la banque locale en Suisse afin de préparer le reste du groupe en vue d’une fusion est envisagé, de même qu’une réduction dans la banque d’investissement et celle d’une cession de l’activité de gestion d’actifs. L’hypothèse d’une cession de la banque d’investissement aux Etats-Unis est également sur la table.
La dégringolade de sa valeur boursière en fait une proie facile pour une offre hostile étrangère, le cours de son titre ayant perdu plus du quart de sa valeur depuis début mars.
Autre solution : une entité combinant Credit Suisse et UBS, ce rapprochement serait valorisé à plus de 85 milliards de dollars et compterait plus de 110.000 salariés.