bar de l'économie

D’où vient l’origine du virus ?

20/04/2020. Beaucoup d’entre vous se posent La question.
Lors de la conférence du 1er ministre aucun mot sur l’origine.
Mais Ce fut un tsunami ce vendredi 17 avril, lorsque le professeur Luc Montagnier interviewé sur Cnews par Pascal Praud a détaillé la nature du COVID 19 : c’est pas une erreur naturelle mais une manipulation humaine, une création artificielle en Chine au Sein du Laboratoire P4 situé à Wuhan.
Depuis, France info , TF1 ont relayé tout ou partie de cette information.
La thèse du Professeur Montagnier est soutenue par les américains tout comme par l’Indian Institute of Technology de New Delhi qui évoquait « une similarité étrange », « qui a peu de chances d’être fortuite »

On parle donc de fuite d’un laboratoire classifié P4 ??
Un labo P4 est un labo de très haute sécurité de recherche en virologie, pour l’étude de virus inconnus pour lesquels on n’a pas de vaccin.
Et c’est le cas de celui ci est situé à Wuhan, là ou une zone industrielle de 100 entreprises françaises sont également installées. Il est réputé pour ses recherches sur la chauve-souris  et a été conçu par la France, financé en partie aussi par les américains.
Et c’est son extension, situé à 100m du labo initial, près du marché de Wuhan sur lequel le doute sur sa fiabilité s’installe dès le début de sa mise en fonction.

Selon le Washington Post, en janvier 2018, des membres de l’ambassade américaine visitent les locaux et alertent le gouvernement américain de l’insuffisance des mesures de sécurité prises dans un lieu où l’on étudie les coronavirus issus de chauves-souris. 

Autre déconvenue : la coopération franco-chinoise espérée entre le P4 Jean Mérieux-Inserm de Lyon Bron et celui de Wuhan ne démarrera jamais vraiment comme l’indique France infos.
Alain Mérieux lui-même le confirme à la cellule investigation de Radio France : « On peut dire sans dévoiler un secret d’État que depuis 2016, il n’y a pas eu de réunion du comité franco-chinois sur les maladies infectieuses », reconnaît-il. Contrairement aux promesses initiales, les Chinois travaillent donc sans regard extérieur de chercheurs français.