bar de l'économie

Faux aliments bio, nourriture contaminée

26/03/2021. Faux aliments bio, nourriture contaminée… L’ONG Foodwatch alerte sur la fraude alimentaire.
« Tout le monde est potentiellement concerné ». Les fraudes alimentaires se multiplient en Europe et en France, alerte  l’association qui lance une campagne dans l’Hexagone pour obtenir des autorités françaises davantage de « transparence ».
Le nom des marques concernées par des fraudes, celui des produits, des fabricants, les quantités et les lieux de vente par exemple, sont la plupart du temps tenus secrets », regrette-t-elle.
Thon avarié, fausse huile d’olive…
D’après l’enquête réalisée, « un produit bio sur huit contrôlé en France n’est pas aussi bio qu’il le prétend et ce chiffre monte même jusqu’à un produit bio contrôlé sur trois dans les Alpes-Maritimes », assure l’association. « Vendre de la nourriture contrefaite, contaminée, illégale, des appellations d’origine protégée qui n’en sont pas, des imitations de grands crus ou des faux pesticides est devenu un business très juteux et il s’est accru avec la crise sanitaire »

Les pertes liées à ces fraudes estimées à « 30 milliards d’euros chaque année » en Europe
 « Rien ne justifie l’opacité actuelle. Il s’agit avant tout d’un choix politique, aujourd’hui entre vos mains », a notamment écrit l’organisation Foodwatch dans une lettre, rendue publique, adressée au Ministre de l’Economie et à celui de l’Agriculture.
« Les pertes pour l’industrie liées à ces fraudes alimentaires sont estimées à environ 30 milliards d’euros chaque année en Europe », rappelle l’organisation née en 2002 en Allemagne et implantée en France depuis 2013.
Foodwatch ajoute que « des réseaux de criminalité organisée ont compris qu’il y avait un filon à exploiter dans le trafic d’aliments : peu de risques de se faire coincer et une aubaine pour blanchir de l’argent ».