bar de l'économie

Fusion Renault-Fiat Chrysler

29/05/2019. “Nous sommes toujours ouverts aux discussions constructives pour renforcer l’alliance”, a déclaré le patron du groupe, Hiroto Saikawa, mais au siège de Yokohama, les dirigeants n’ont pas encore eu connaissance des détails du projet.  Les deux dirigeants de Renault, Jean-Dominique Senard et Thierry Bolloré, sont attendus aujourd’hui au Japon pour un conseil opérationnel de l’alliance.

Nissan demeure une part importante du puzzle, vu sa présence en Chine, où ni Renault ni FCA ne sont forts et apporte ses 34% dans Mitsubishi Motors, très bien implanté en Asie du sud-est déclare Tatsuo Yoshida, spécialiste du secteur chez Sawakami Asset Management. Les investisseurs semblent sceptiques: à la Bourse de Tokyo, l’action a fini en modeste hausse de 0,97%, tandis que le titre de la marque au losange bondissait de plus de 13% en début de matinée et celui de FCA de 9%.  

Fiat Chrysler, en grande difficulté en Europe, tente désespérément de se vendre, avance-t-on côté japonais où l’on souligne ses faiblesses et le peu de complémentarités avec Nissan, même si le groupe a par le passé eu des collaborations avec Alfa Romeo. Si le projet aboutit, le nouvel ensemble, en comptant Nissan et Mitsubishi Motors, totalisera près de 16 millions de véhicules, bien devant le mastodonte allemand Volkswagen (10,6 millions) et Toyota (10,59 millions).