bar de l'économie

Hommage à Valéry Giscard d’Estaing

03/12/2020. L’ancien président de République de s’est éteint mercredi soir du Covid-19, à l’âge de 94 ans.

  • Troisième président de la Ve République Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981) modernisa la France dans les années 1970.
  • Ancien ministre des Finances, « VGE » a succédé à Georges Pompidou à l’Elysée en 1974, avant d’être battu par le socialiste François Mitterrand en 1981.
  • Européen convaincu, homme de ruptures, VGE était aussi académicien.
    Il était alors le plus jeune président de la Ve République , 48 ans, et s’est employé à faire voter des mesures qui ont marqué l’histoire” :
  • La majorité à 18 ans
  • dépénalisation de l’avortement (IVG), pour laquelle Simone Veil, alors ministre de la Santé, s’était battue
  • Le divorce par consentement mutuel

Il avait même songé un temps à abolir la peine de mort, une idée à laquelle il avait finalement renoncé et qui ne l’avait pas empêché de refuser la grâce à trois condamnés à mort, dont Christian Ranucci.”
TGV , Airbus c’est aussi lui, comme Le musée d’Orsay , l’ancienne gare inaugurée en Musée, en 1986.

Les diner dans les familles de français c’est lui
Mais en 73 les difficultés économiques suivent la crise énergétique mondiale de 1973 entraînent le désastre pour Giscard d’Estaing”. Deux chocs pétroliers puis le chômage pour la première fois, s’envole. La France compte 400 000 chômeurs quand il est élu. Il y en aura quatre fois plus à son départ de l’Elysée, sept ans plus tard, malgré les efforts de rigueur de son deuxième Premier ministre, Raymond Barre, qui succède à Jacques Chirac en 1976.
En 1984, Il redevient député à l’issue d’une élection législative partielle et poursuivra la politique jusqu’en 2004.

A l’Europe, c’est un « architecte clé de l’intégration européenne »

 Valéry Giscard d’Estaing forme un “tandem” avec le chancelier allemand Helmut Schmidt. Tous deux croient à cette  Communauté européenne , ils sont rejoints en 1973 par le Royaume-Uni” et seront à l’origine du premier “système monétaire européen”, en 1979. Il a  aussi impulsé la création du Conseil européen en 1974, “pour officialiser les réunions entre les chefs d’Etat européens”, et inauguré le Palais de l’Europe à Strasbourg en 1977.
Il siègera au Parlement européen jusqu’en 1993.
En 2002, il devient président de la Convention sur l’avenir de l’Europe, chargée d’élaborer un projet de Constitution européenne.
Mais en 2005, les Français rejette le texte pour la construction européenne lors d’un référendum”.
Le New York Times retient qu’il s’était “fermement opposé aux tentatives de la Turquie de devenir membre de l’UE au motif qu’elle était une nation musulmane non européenne”.