bar de l'économie

Hommage au batteur Tony Allen

04/05/2020. Créateur avec Fela Ani kula po Kuti de l’afrobeat, brutalement décédé à Paris ce 30 avril. Il avait 79 ans.  ce genre musical urbain né au Nigeria dans les années 60 ne serait jamais advenu sans Tony Allen. Multi-instrumentiste et chanteur.
Cest une fusion détonante de jazz, de funk et de rythmes yorubas venus du Ghana et du Nigeria qui aujourd’hui encore fait des émules jusqu’au Japon. Ensemble, ils ont échafaudé cette pyramide de boucles hypnotiques qui mène à la transe. Plus de dix ans durant, Tony Allen fut l’homme de l’ombre de cette association, mais sa réputation de batteur sans pareil l’a amené Partout dans le monde et c’est  en France qu’il a définitivement posé ses valises.
Il était revenu ces dernières années à ses premiers amours, au jazz américain, en rendant hommage aux boppers comme Art Blakey avec son album The Source.
Le mois passé, il démarrait la promotion de son nouvel album, Rejoice, enregistré en 2010 avec le trompettiste Hugh Masekela, père du jazz sud-africain décédé en 2018, et qui n’avait encore jamais vu le jour. Un dialogue inédit entre deux courants musicaux africains majeurs.