bar de l'économie

Hongrie : contre la corruption et le populisme

12/03/2021. Des maires de l’opposition s’élèvent contre la corruption et le populisme, des signes de méfiance politique à l’encontre de leur Premier ministre, Viktor Orbán

Des panneaux d’affichage situés juste en face de la mairie de Budapest énumèrent 25 exemples concrets sur la façon dont le gouvernement hongrois menacerait le fonctionnement de la municipalité par des coupes financières.
La pandémie a réduit les revenus de la ville et les mesures d’austérité décidées par le gouvernement pourraient accentuer de 20 % supplémentaires cette baisse des recettes.

La source de revenu la plus importante pour Budapest est la taxe professionnelle, payée par les entreprises locales. Le gouvernement l’a réduite, amputant de manière significative le budget municipal et augmentant, dans le même temps, la taxe de solidarité destinée à soutenir les villes à faible revenu. Ces deux éléments combinés mènent Budapest tout droit à la faillite », explique le maire de Budapest Gergely Karácsony.
Des dizaines d’autres maires de l’opposition libérale pro-européenne soutiennent cette cause depuis les élections municipales de 2019, quand l’opposition anti-Orbán avait remporté de façon surprenante près de la moitié des grandes villes de Hongrie.
Plusieurs de ces maires se sont rencontrés récemment pour coordonner leur réponse aux coupes budgétaires.
Le gouvernement hongrois opère une discrimination spectaculaire entre les villes dirigées par les maires du parti au pouvoir et celles gérées par ceux de l’opposition. Le 24 décembre dernier, les grandes villes administrées par Fidesz ont reçu un soutien financier de 1,3 milliards de Forints, soit environ trois millions et demi d’euros, alors que nous, nous n’avons rien reçu« , raconte la maire de Tatabánya.