bar de l'économie

Le Croisiériste, MSC signe une mégacommande

21/01/2020. Une mégacommande de deux milliards d’euros avec les chantiers de l’Atlantique garantissant 2.400 emplois pendant 3 ans et demi pour de deux nouveaux paquebots propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL) qui devrait favoriser la création de centaines d’emplois ces trois prochaines années en France. Cette « commande du siècle », s’accompagne de deux protocoles d’accord portant sur au minimum quatre milliards d’euros d’investissements supplémentaires.

La plupart des 200 patrons d’entreprises françaises et étrangères présents sont également attendus au forum de Davos en Suisse. Selon l’Elysée, le contrat portant sur la construction de deux nouveaux paquebots MSC World Class de 6.700 passagers, livrables en 2025 et 2027, « va générer 14 millions d’heures de travail, correspondant à 2.400 emplois pendant trois ans et demi. » Ce qui est intéressant c’est l’annonce de développement d’une nouvelle classe de paquebots propulsés au GNL, et la construction de quatre bâtiments, représentant potentiellement 30 millions d’heures de travail supplémentaires pour un investissement estimé donc à « quatre milliards d’euros ».
Un deuxième protocole d’accord, porte sur la construction d’un nouveau prototype de bateaux propulsés pour partie à la voile cette fois, se chiffrerait lui aussi à quatre milliards d’euros.
Sur dix ans, cela signifie des programmes de plusieurs centaines d’embauches par an.

En cours de construction sur le site de Saint-Nazaire, le premier des deux navires initiaux de la classe World doit entrer en service en 2022 et deviendra le premier navire de croisière propulsé au GNL – qui ne produit quasiment aucune particule fine et réduit les émissions de CO2 de 25% – jamais construit en France. Laurent Castaing PDG des chantiers de l’Atlantique a ajouté : « Aujourd’hui notre ambition est de faire un navire qui fonctionnera à peu près la moitié du temps en utilisant l’énergie éolienne et l’autre moitié en utilisant des moteurs, mais là aussi en utilisant des technologies pour que ce soit des moteurs peu ou pas émissifs en termes de gaz à effet de serre ».