bar de l'économie

Le secteur de l’intérim est durement touché

19/05/2020. Le secteur de l’intérim est durement touché par la quasi-paralysie de l’économie française. « Notre activité a chuté de 75 % en car  le confinement ayant provoqué un arrêt brutal d’activité dans nos grands secteurs d’intervention », observe le président de Manpower Group France, Alain Roumihac dans les échos.  Tout comme son alter ego chez Randstad France, Frank Ribout.

Traditionnellement, l’industrie et le BTP emploient respectivement 39 % et 19 % des intérimaires, contre 3,5 % pour le commerce de détail. L’espoir renait grâce à certains secteurs d’activité soumis eux, à l’inverse, à un surcroît de travail. Et Certains secteurs comme le transport routier, qui rencontrent déjà de grandes difficultés à recruter en temps ordinaire, doivent faire face à une tension supplémentaire pour trouver les compétences nécessaires à l’accroissement de la demande.

Si l’intérim est l’un des secteurs qui devrait redémarrer le plus vite à la sortie du confinement, ces grands acteurs ne cachent pas leur inquiétude. « A moyen terme, le travail temporaire continuera à souffrir. On sait très bien que lorsqu’une économie est à l’arrêt, la faire repartir est très difficile. C’est notre culture, on considère que l’Etat est là pour nous protéger de tout, bien plus que dans la plupart des autres pays.», s’inquiète les deux patrons