bar de l'économie

L’éolienne domestique, ou petit éolien ?

20/01/2020. Et si vous demandiez à votre mairie ? La machine convertit une énergie gratuite en électricité « verte », que l’on peut stocker chez soi dans des batteries. Mais, pour être rentable, il lui faut un minimum de puissance et plus qu’une brise passagère.
Une fourchette de puissances nominales comprises entre 0,1 et 36 kW pour des luminaires, systèmes d’alarme. Elle passe par un régulateur dont la fonction est de protéger l’installation des surcharges ou des décharges profondes. Un onduleur raccordé au régulateur permet d’obtenir un courant alternatif compatible avec les équipements fonctionnant en 230 V.
La rendement en kilowattheure (kWh) dépend de la dimension des pales, hauteur du mât, configuration du terrain etc,…. La machine a besoin d’une vitesse de vent minimale pour fonctionner : mais si le vent dépasse 90 km/h, elle doit s’arrêter automatiquement afin de se protéger des risques de détérioration.
L’implantation d’une éolienne domestique est réglementée (art. R 421-2 c du Code de l’Urbanisme). Ancrée dans le sol du jardin ou fixée sur un toit, elle a un impact visuel certain et peut générer des nuisances sonores.
En plus, il faut compter environ 25.000 € (tout compris) pour l’installation d’une éolienne de qualité, permettant une réduction significative de sa facture d’électricité donc un budget important.
Il est prudent de consulter le PLU communal ou le texte qui en tient lieu. Par ailleurs, une étude des vents est recommandée, de même que l’accord du voisinage.