bar de l'économie

Les NFT, ces jetons virtuels qui se vendent plusieurs millions d’euros ?

Les NFT, pour Non-Fungible Tokens (jetons non fongibles, en français) offrent une nouvelle manière de vendre et d’acheter sur internet des « objets » entièrement numériques, que l’on ne peut donc ni voir, ni toucher, mais tout à fait posséder et revendre.

Ce système d’échanges sécurisés ouvre une nouvelle dimension pour les collectionneurs, mais avec une petite subtilité : le titre de propriété est souvent bien plus important que l’objet lui-même. Une vente aux enchères inédite a eu lieu le jeudi 20 mai, à Bruxelles (Belgique) avec 13 œuvres proposées sous forme de NFT.

Ils ont fait leur entrée dans le monde de l’art, mais aussi du sport et des jeux vidéo. Ils s’apparentent à un contrat numérique unique, consigné dans un registre sécurisé, recherchée pour la  traçabilité d’une œuvre, prouvant qu’elle est authentique et qu’elle appartient bien à son propriétaire.

Pour créer un tel jeton, il faut l’inscrire sur la blockchain, qui fait office de tiers de confiance car la création d’un NFT porte un nom, le minting (« la frappe », en français), et a lieu sur des plateformes spécialisées telles que les sites Mintable, Foundation ou OpenSea, moyennant des frais qui dépassent parfois la centaine d’euros. 

En mars 2021, l’adjudication pour 69,3 millions de dollars d’une œuvre de l’artiste américain Beeple, un collage numérique baptisé Everydays : The First 5 000 Days a été remarquée. Tout comme un simple pixel, adjugé pour 1,36 million de dollars après 90 minutes d’enchères en ligne vendu par l’artiste Pak via la maison de ventes aux enchères Sotheby’s.

Fin mars, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a vendu son tout premier tweet pour 2,9 millions de dollars, un message pourtant visible par le monde entier.

Et Oleksandra Oliy nykova, joueuse de tennis professionnelle classée au-delà de la 600e place mondiale, a mis en vente son bras droit  sous forme de NFT. La sportive s’engage en effet à laisser l’acheteur choisir un tatouage définitif qui sera visible lors de ses futurs matchs. 

La seule limite, c’est l’imagination ou le discours artistique qu’il y a derrière. »

Au premier trimestre 2021, les ventes de NFT auraient dépassé les deux milliards de dollars, d’après un rapport du site spécialisé NonFungible.

L’héritière américaine Paris Hilton, qui a vendu sa dernière création pour plus d’un million de dollars sous cette forme.

Mais attention l’engouement autour de ces jetons peut être une simple bulle spéculative, promise à un risque d’implosion.