bar de l'économie

Une immunité croisée, selon la revue Science

13/11/2020. Tandis que 2 % à 8,5 % des malades ne développent jamais ces fameux anticorps , d’autres sans jamais avoir été infectées, présentent des anticorps réagissant à la protéine de pointe du Sars-Cov-2. Cela concerne plus particulièrement les enfants, très exposés aux divers virus saisonniers, et suggère l’existence d’une immunité croisée, d’’après un article publié dans la revue Science le 6 novembre.

Les chercheurs ont analysé des échantillons de plasma sanguin prélevés sur des adultes et des enfants au Royaume-Uni avant le début connu de la pandémie en décembre 2019, ainsi que sur des personnes au début de la pandémie ayant été testées négatives. Ils ont ensuite comparé le niveau d’anticorps avec celui de patients testés positifs. Comme prévu, les patients ayant contracté le virus présentaient les trois types d’anticorps (IgA, IgM et IgG).

Mais, plus étonnant, les chercheurs ont constaté la présence d’anticorps neutralisants du Sars-Cov-2 chez des personnes non infectées. Si les pourcentages restent relativement faibles chez les adultes (5,29 %), ils sont beaucoup plus élevés chez les enfants : 44 % des 1 à 16 ans possèderaient déjà ces anticorps neutralisants.
Une forme d’immunité acquise